Architecture d’Intérieur et Maîtrise d’oeuvre

Amphitect

AMPHITECT ® - Pour aller plus loin

Maisons Amphibies Paris
Aménagement Bureau Paris
Aménagement Intérieur Paris

La conception structurelle de l’habitation Amphitect est basée sur des modules préfabriqués permettant une construction sur site très rapide par rapport à une construction classique ou à ossature bois, réduisant ainsi le bilan Carbone de la construction.

7 principaux avantages d’Amphitect ® :
1 - Mise en sécurité « automatique » des occupants du bâtiment en cas d’inondation
2 - Permettre aux habitants de vivre plusieurs jours en sécurité sans mobiliser des secours qui sont plus utiles pour d’autres urgences
3 - Conserver la totalité des fonctions de l’habitat durant une inondation : Eau potable, électricité, assainissement, internet, téléphone
4 - Protéger l’environnement en ne rejetant aucun polluant durant l’inondation : eaux usées, carburants, déchets…
5 - Résister à l’inondation pour limiter les coûts de remise en état aux seuls terrains extérieurs :

  • Baisse drastique des coûts pour les assurances et les opérateurs de réseaux
  • Remise en usage normal immédiate après le retrait de l’eau

6 - Résister à des ondes de tremblements de terre pour les zones inondables à sensibilités sismiques
7 - Résister au phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA)

AMPHITECT ® - Pour aller plus loin

L’évolution des conditions climatiques et l’augmentation des épisodes d’inondations et de submersions marine nous ont conduit à explorer des solutions de mise en sécurité des personnes et des biens.

L’urbanisme occidental de la seconde partie du XXème siècle a conduit à des implantations souvent vulnérables aux inondations et aux dommages causés par une montée des eaux en partant du principe général que les infrastructures seraient en mesure de « contrôler » les crues en luttant contre l’eau (digues, bassins de rétention, déviation de cours d’eau...). 

Or l’accélération des changements climatiques montre que ce paradigme est dépassé : 
-  Le risque d’inondation est une combinaison de probabilité et de conséquence, c’est à dire la probabilité qu’une inondation se produise au cours d’une année donnée et des répercussions de cette inondation. 
- Si une inondation se produit dans la nature, où personne n’est touché, les conséquences, et donc le risque, pourraient être considérés comme faibles. 
- La probabilité d’inondation est décrite comme la probabilité en pourcentage d’une inondation survenant au cours d’une année donnée, 5 % par exemple. Ce qui est également décrit comme étant 1 inondation sur 20 ans. Cette lecture, qui indique la « période de retour » probable pour une inondation de taille similaire peut être trompeur, car un risque d’inondation de 5 % pourrait se produire trois années de suite, puis ne pas se reproduire pendant 60 ans. 
- La probabilité d’une inondation reflète également l’ampleur. Par exemple, un risque d’inondation de 1 % (1 sur 100 ans) sera plus importante qu’une inondation de 5 % (1 sur 20 ans), mais elle est moins susceptible de se produire. Cependant, le changement climatique affecte l’ampleur des inondations - et perturbe cette méthode de compréhension – à l’avenir, une inondation à 5 % de probabilité pourrait être plus importante, peut-être équivalente à une gravité d’inondation de 2 %. 
- Entre 2000 et 2019, les inondations ont touché 1,65 milliards de personnes dans le monde, ce qui représente plus de la moitié des personnes touchées par une catastrophe. Les inondations ont également causé le plus de dommages aux bâtiments, plus encore que les tremblements de terre ou autres tempêtes. 
- Les recherches sur les catastrophes aux États-Unis montrent que chaque dollar dépensé pour se préparer au risque permet d’économiser six dollars en efforts de reconstruction. La préparation des propriétés individuelles en anticipation des catastrophes naturelles aide également à réduire la demande d’interventions d’urgence par les secours.

La préparation des propriétés individuelles en anticipation des catastrophes naturelles aide également à réduire la demande d’interventions d’urgence par les secours. 

Synthèse
Si ces éléments étaient réellement intégrés, les collectivités à risque devraient être conçues de manière à tenir compte des inondations ou des submersions au lieu de vouloir s’y opposer. Des évolutions d’urbanisme très positives sont en cours depuis une vingtaine d’années mais elles s’étaleront sur de nombreuses décennies avant de voir une totale adaptation aux risques. Les premières réglementations ont pour conséquences à court terme de réduire les surfaces constructibles pour abaisser la prise de risques par les responsables territoriaux (élus, Préfets...). D’autre part, cette orientation est paradoxale puisqu’elle conduit à réduire la dynamique de développement des communes concernées (réduction des services publics, suppressions de classes...). 

Nous avons donc concentré nos recherches sur les apports que nous pourrions proposer à l’échelle de l’habitat pour accélérer cette adaptation. 


Cela nécessite un changement de paradigme en allant vers l’acceptation du cycle naturel de l’eau 
pour passer de la conception CONTRE l’eau à 
la conception AVEC l’eau.